jeudi 16 juillet 2015

Échanges entre une lectrice et l'auteur des Chants de Loss

Bonjour à tous, je ne résiste pas au plaisir de vous partager cet échange entre Annie Berlingen, auteur de nombreux ouvrages publiés ici, et Axelle " Psychée " Bouet, auteur des Chants de Loss, au sujet du tome 1 de cette saga...




Les chants de Loss

Je termine la lecture de "Les chants de Loss", livre 1 "Armanth. et j'en ressors animée de sentiments divers.

Au début du livre j'ai pensé : " Voilà une histoire comme je les aime : une civilisation lointaine, sur une planète inconnue, des personnages hauts en couleurs, une intrigue qui se noue pour nous conduire vers l'aventure, des mondes nés d'une imagination fertile. Je vais me régaler! "

Sauf que en avançant dans ma lecture, je me suis trouvée confrontée à cette horreur qu'est l'esclavage des femmes. J'ai abandonné, jeté le livre au fond d'un tiroir. Comment peut-on ainsi asservir, avilir, rabaisser une femme à ce point? Comment peut-on la traiter comme un animal, laver son cerveau au point d'en faire un être totalement soumis aux désirs de celui qui l'achètera?

J'ai eu du mal, beaucoup de mal à franchir ce passage cruel, immoral, douloureux. J'ai souffert comme les esclaves; mais je voulais savoir. Je me suis forcée à le reprendre, j'ai étouffé ma rage, vaincu mon écœurement. Et puis je me suis posée cette question : quelles souffrances, quelles douleurs, quelles violences ont conduit l'auteure à ces descriptions tellement explicites, si subtiles dans le raffinement de la cruauté ?

Je reste sur ma faim quant aux chants de Loss que j'imagine mais mon imagination doit être à cent mille lieux de ce que nous réserve Axelle.

Rendez vous donc au livre 2. La curiosité, l'envie de savoir, de comprendre m'y poussent.

Annie

          Bonjour,

Michel m'a transféré votre avis après avoir lu les Chants de Loss, et je ne pourrai pas être très surprise, c'est en partie ce sentiment que j'ai voulu instiller dans cette longue histoire dont je poursuis le second tome. Loss est une histoire de révolution, mais pour se révolter il faut espérer. Pour se révolter, il faut savoir ce qui a nourri la révolte et l'espoir. Pour le comprendre, il faut commencer par tout ce qui fait naitre cela : et dans Loss cette horreur est celle qui vous a émue et frappée. C'était bien mon but, tout en m'assurant de garder un rythme de chapitres permettant au lecteur de souffler entre deux moments trop cruels et durs. Je sais que cela fait fuir certains lecteurs, mais pour le coup, le risque est pris, avant tout, ce que j'ai écris est la somme de mes plus magnifique cauchemars et de mes pires rêves. La somme de toute l'horreur humaine; la cruauté sans limites du réel dans un monde imaginaire.

D'autres ont fait bien mieux que moi, je ne suis pas une super romancière, mais bha... pas grave. J'aime cet univers, et j'aime y écrire. C'est amusant d'écrire sur un univers auquel on est attaché alors que,  dès le départ, il sera voué à être en partie détruit, révolutionné, remis en question.

Mais voilà, si vous avez envie de poser des questions, ce sera un plaisir !

Axelle


          Bonjour Axelle,

J'avais donc bien cerné l'histoire pour finalement ne pas la laisser croupir au fond de mon tiroir. Cela a été une attirance irrépressible, comme un aimant. J'avais le coeur battant et j'aurais bien fait la peau à l'éducatrice. Son raffinement dans la cruauté en fait un personnage troublant au final, une révoltée aussi, peut être. Jawaad me semble quelqu'un de puissant et honnête.

J'aime bien cet univers que vous avez créé, tous les mystères que vous ne dévoilez pas, que laisser planer comme pour mieux capturer ceux de vos lecteurs qui vous suivent et qui comme moi, attendent la suite.

Vos cauchemars et vos rêves vous ont conduite dans sur les chemins de l'écriture. Bravo et merci.

Bien à vous.

Annie