Sélection du message

Absence

Bonjour, je suis absent jusqu'au 31 juillet. Pendant cette période : Je continuerai à avoir accès à mes mails et à pouvoir servir ...

lundi 4 août 2014

Critique littéraire de MisCellanées

Martine Maillard, auteur de quatre recueils de poèmes publiés ici, nous offre cette critique littéraire des MisCellanées de Mylène Catel et Anne-Catherine Aubert

MisCellanées - Poèmes du bouillon blanc
Présentation « critique »

Mystérieux ouvrage que ce livre qui s’ouvre comme la surface d’un téléphone mobile… Miscellanées ? Le mot n’est pas courant, il signifie « mélanges »… mais pourquoi ce « C » majuscule au milieu du mot ?

En ouvrant la première page on a une sorte de réponse. Deux dédicaces de même qu’il y a deux « auteurs », adressées de l’une à l’autre sous cette forme : « À AC » et « À MC » ; ce qui montre l’importance de cette lettre C, soulignée d’ailleurs par la citation du haut de page (un poème de Louis Aragon dont les dix-huit vers présentent tous la même sonorité à la rime) :

                    « J’ai traversé les Ponts-de-Cé

                    C’est là que tout a commencé… » 

D’ailleurs, ces lettres ne sont-elles pas disséminées ici et là à plusieurs pages du livre ? Soit c’est le « C » qui apparaît dans un poème, parfois dans son titre, parfois comme symbole à traduire dans la prononciation (ex : « « re-trou C » pour « retroussée »), parfois encore dans une terminaison homophone qui est en italique (voir le poème p.59, « J’ai fait une touche A C »), soit ce sont les lettres A C M C qui se promènent en bas de page dans un apparent désordre (p.25, p.32) pour finalement à elles seules éclairer le sens du titre « miscellanées » : « mélanges ». Car ces mélanges, ce bouillon blanc (y a-t-il là une allusion à la fleur de même nom ? Je n’en suis pas certaine), il apparaît sans cesse et sous toutes formes : par exemple le début du mot, « Mis », évoque à la fois une demoiselle en anglais (or ces jeunes femmes enseignent toutes les deux le français en Amérique) et le début du prénom de Mylène ; et surtout, le recueil tout entier est un mélange des textes écrits par l’une et par l’autre, sans que l’on puisse déterminer avec précision laquelle est l’auteur de celui-ci ou de celui-là…

Vous l’avez bien compris : derrière cet emmêlé de formes et de lettres se cache un emmêlé de corps et d’âmes ; c’est une histoire d’amour. L’histoire d’une relation entre deux femmes qui, par l’effet miroir qu’accentue le jeu des consonnes identiques devient une relation inextricable où, comme le disait Éluard à l’instar du Virgile de l’Énéide :

                    « Et je ne sais plus tant je t’aime
                    Lequel de nous deux est absent »


D’où ce téléphone mobile de la couverture, sorte de cordon ombilical qui relie les deux moitiés d’une même âme écartelée par des lieux de travail éloignés.

Mais voyons le contenu.

Mylène Catel n’en est pas à ses débuts en poésie. Elle a déjà beaucoup publié et notamment chez « Caractères », à Paris, qui est une maison d’édition remarquable rassemblant des auteurs du monde entier, en particulier des pays de l’Est jusqu’à l’Asie (un auteur chinois de son catalogue a été couronné du Prix Nobel de littérature en 2012 : Mo Yan). Fondée en 1950 par le poète d’origine polonaise Bruno Durocher, elle joint à une esthétique poétique de pointe le goût du graphisme et des arts plastiques, ainsi qu’un certain penchant pour le multilinguisme. C’est ainsi que dans les recueils de Mylène (c’était déjà perceptible dans « Silencieux Manèges », sa première publication chez Stellamaris, qui de plus est bilingue) on trouve à la fois un style exigeant basé sur le jeu de mots, le jeu des sonorités, l’association d’idées, la recherche verbale, et la présence d’illustrations en forme de volutes, de signes.

« Les illustrations sont des auteurs » est-il mentionné en fin d’ouvrage : sont-elles également expertes en graphisme ?

C’est là que s’éclaire l’image d’en-tête du livre, p.4. J’y avais d’abord vu une jolie vague aux couleurs douces qui me semblait être une lithographie. Mais au-delà de la lithographie, c’est aussi un C aux couleurs du drapeau arc-en-ciel ! Sur les autres pages, il semble qu’il s’agisse plutôt de photographies travaillées sur ordinateur, quoique certaines soient présentées comme des œuvres à part entière, telle « Croissées » p. 11, qui dans une vue de circuits imprimés laisse imaginer la silhouette d’une femme tissant.

Mylène Catel donc, en pleine possession de son style poétique, entraîne avec elle Anne-Catherine, qui lui a déjà composé une préface à Silencieux Manèges. Pour s’être laissé passionner par cette exploration folle de la langue française, cette dernière était sans doute déjà poète dans l’âme… Est-elle davantage à l’origine des textes écrits en prose, comme semble l’indiquer sa citation de Stéphane Mallarmé en exergue au recueil ? On ne sait, mais quelle qu’en soit la forme ou l’auteur, chaque page d’écriture est toujours aussi magique, inspirante, jubilatoire.

Il est donc temps de me taire et de vous laisser voguer sur les flots jaillissants de ces phrases, de ces vers, de ces signes (orthographiés souvent « sygnes » par allusion), de ces jeux de langage aux résonances multiples qui vous entraînent dans un foisonnement d’images, parfois drôles (eh oui ! J’ai ri plusieurs fois…), parfois ardentes et toujours harmonieuses. Le sens, un peu récalcitrant au démarrage, s’éclaire au fil de la lecture. C’est dire la richesse de ce livre-Janus que je considère pour ma part comme un petit joyau.

Martine Maillard
4 août 2014