Déplacement

Je suis en déplacement au 26 février inclus.

Durant cette période je reste joignable, mais dans l'incapacité d'effectuer des livraisons.

Les ouvrages que je publie apparaîssent temporairement "indisponibles" sur les sites d'Amazon et de la Fnac
Je reste en capacité d'accuser réception de toutes les autres commandes, elles seront expédiées le 27 février.

vendredi 5 juillet 2013

Critique littéraire de "Pénombres et lumières" de Clara Hester

Bamby, auteur de "Poèmes à coeur", "Des cheveux de rose" et "Nuit perle", nous offre cette critique littéraire de "Pénombres et lumières", de Clara Hester


Pénombres et lumières


Je découvre Pénombres et lumières, de Clara Hester. La couverture est douce et harmonieuse, de couleur lavande, avec cette magnifique image du ciel et de la terre - où les rayons d’un soleil qui ressemble à un œil percent les nuages- qui laisse présager un contenu poétique complet et spirituel.

Et en effet, les trois parties du recueil, « heures funèbres », « méditations actuelles » et « autre voix », offrent une palette de couleurs complète, et traitent des sujets les plus essentiels - tels que, pour n’en citer que quelques-uns, la mémoire et l’oubli, le temps, le désir – pour nous toucher de toutes façons, par un témoignage de douleur ou de joie, ou par la voix tendre et lucide du conseil, afin que les mots de son expérience intime face écho en nous et nous apprennent, nous exhortent au courage et à la clairvoyance et nous apaisent.

Le poète nous fait premièrement traverser les affres de la douleur –livrés avec toute la brutalité de leur désespoir- pour nous éveiller ensuite à la prise de conscience, et nous mener vers la Lumière, l’acceptation et l’apaisement. Ceci tout en nous faisant bien comprendre que ce parcours nous devront le reproduire sans cesse, par l’effort, car nous reviendrons à la douleur et à la difficulté ; et que ce cycle est non seulement nécessaire mais souhaitable, car l’effort est ce qui nous rend Acteurs :

          S’il n’était que les cieux
          Pour transformer nos vœux
          En possibles à venir
          Nous serions condamnés
          À rêver nos désirs
          Et à ne plus agir
          Qu’en homme résignés

Ce recueil est un trésor de connaissance, un véritable ami de l’homme. Par une écriture aussi précise que mélodieuse, aux accents classiques, le poète se met à nu de la façon la plus humble et dans un geste d’Amour extraordinaire pour nous toucher, nous consoler, nous éveiller ; et prendre par la main l’homme qu’est le lecteur pour l’élever, afin qu’il soit Homme, celui qui avance dans la lumière, celui qui par cette dernière se renouvèle constamment pour suivre son « chemin de vie », en dépit de la douleur, qu’il devra affronter et accepter afin de retrouver sa liberté.

Devant des trésors de sagesse distillés avec une mélodie et une aisance d’écriture déconcertante, qui sont les témoins d’une belle inspiration – notamment mentionnée dans le poème « Nostalgie », qui parvient à nous faire vivre de celle-ci le bel enchantement – je ne peux m’empêcher de me demander : « Qui est Clara Hester ? » et de m’étonner : « pourquoi ne découvre-t-on pas dans les rayons des librairies des poésies comme la sienne, des voix qui sauvent et qui apaisent, des voix essentielles que chacun gagnerait à entendre ? Pourquoi privilégie-t-on des poésies qui nous perdent, avec leurs beaux effets de style modernes, sans nous envelopper et nous apprendre, comme le fait Clara Hester ? »

La richesse des poèmes de Pénombres et lumière et de leurs enseignements est si vaste que je ne pourrais en donner une idée. J’espère sincèrement que les personnes qui tomberont sur ces lignes auront la chance et le mérite de le croire, et ne passerons pas à côté de ce livre, qui est une véritable offrande – ce qui est si précieux et si rare ! Et je remercie Clara Hester, d’avoir écrit ces lignes et d’être à travers elles, tout à la fois une consolatrice, une incitatrice et un modèle – telle une véritable Mère, universelle et intemporelle.

En refermant ce livre je souhaite, tout d’abord, y revenir, ensuite que la douce couverture du recueil continue de trôner en ma chambre pour m’inviter à me souvenir, et… que ces lignes soient lues du plus grand nombre !

Et je finis cette critique en citant ces quelques vers, qui sont les premiers d’un poème magnifique - sans doute mon préféré, car je partage avec Clara Hester la passion des chevaux, et la magie de cette « Enivrante course » s’accorde avec la beauté de son message – que je vous invite à découvrir !

          Lancé à vive allure
          Le vent fouette ton crin
          Sur le velours bai brun
          De ta noble encolure
          Comme on bat la mesure
          D’un enivrant refrain