Déplacement

Je suis en déplacement au 26 février inclus.

Durant cette période je reste joignable, mais dans l'incapacité d'effectuer des livraisons.

Les ouvrages que je publie apparaîssent temporairement "indisponibles" sur les sites d'Amazon et de la Fnac
Je reste en capacité d'accuser réception de toutes les autres commandes, elles seront expédiées le 27 février.

lundi 24 juin 2013

Auteur : Antoine Teillet

Son ouvrage
(Cliquer sur l'icône pour aller sur la page de vente et de présentation)

Antoine Teillet est un poète et chroniqueur engagé. Il tient un blog, dans la même veine que son recueil, que vous pourrez consulter ici, et tient aussi des chroniques radio, dont vous pourrez entendre des exemples ici et ici

Vous trouverez ci-dessous la retranscription d'une de ses chroniques radio :

Récit suite à une vidéo,
qui hélas n'est plus visible sur youtube pour le moment,
"documentaire sur l'histoire du monde en a peine deux heures".

Très belle vidéo. Plusieurs points m'ont marqué :

Le Big Bang, moment naturel est fort intéressant. Sans mot ou presque.

. Une boule d'énergie minuscule explosant en un laps de temps si infime qu'il nous échappe, devient galaxie d'énergie toujours en expansion, même ce samedi. Je ne suis pas scientifique mais cette entité peut trouver son contraire en la personne galactique appelée trou noir, aventurier fréquent de notre système solaire. Car ce dernier n'éjecte pas l'énergie mais l'infuse, avec dans sa tasse des variétés de thé de diverses factures. Des atomes d'hydrogène apparaissent et au contact des nuages de gaz et de poussière gravitationnels se condensent, l'hélium faisant son entrée dans le cirque universel.

. Ces immenses condensés d'énergie vont créer des étoiles avec tout d'abord des acteurs comme le fer, l'azote, le carbone, l'oxygène pour ne citer qu'eux.

. La seconde scène verra l'explosion de ces usines étoilées, des supernovas entraînant la production d'acteurs plus lourds et tout aussi fondateurs, comme l'uranium, l'étain, le zinc, le cuivre, tous les éléments constituant le monde connu, dont nous les êtres vertébrés, poussières d'étoiles.

. La troisième scène, l'une des plus longues verra ces supernovas d'énergie créer de la matière, exploser, puis renaître, chaque génération produisant des éléments plus lourds que la précédente.

. La série d'action effrénée se poursuit dans l'océan galactique avec, il y a 4 milliards 600 millions d'années, l'envol du soleil stellaire avec en son antre presque tous les gaz de l'univers.

. Presque tous, puisqu'il en reste suffisamment pour produire des planètes, et la troisième fut la Terre, dès lors les 2/3 de l'histoire de l'univers se sont écoulés.

. Le premier élément de résolution de ce conte à vitale renommée intervient alors que la planète sur laquelle certains posent aujourd'hui leurs pieds ou leurs mains est une peinture apocalyptique, où la lave en fusion règne sans partage.

La gravité, encore elle, pousse les éléments les plus lourds à former le noyau terrestre, entraînant les éléments les plus légers en surface, circulation alternée engendrant la création d'un champ magnétique protégeant le terre des puissants fluides solaires.

. Puis, toujours agrémenté de ce mixage savant naturel, un autre événement de résolution déterminant se ronge les ongles. La collision d'une planète avec la Terre, cette dernière diminuant de volume, donne vie à ce qu'on appelle aujourd'hui la Lune qui avec l'attraction terrestre tourne continuellement autour de cette belle des champs. Cela permet surtout à la température terrestre de baisser considérablement. Facilitant la photosynthèse pour les bactéries maritimes se dessinant, et facilitant l'évolution de cette énergie bactériologique, mère des êtres vivants... .Poisson, amphibien, puis reptile, jusqu'au dinosaure, l'espèce ayant le plus longtemps posé ses pieds sur la planète bleue. Une espèce puissante régnant sur Terre pendant des dizaines de millions d'années, réduisant la diversité animale à néant. Et ce jusqu'à cette météorite les exterminant, en propulsant le monde dans le froid, empêchant le soleil de rayonner sur Terre quelques temps.

. Et assez surprenant, l'apparition de steppes, de savanes, de végétations nouvelles va bouleverser les êtres vertébrés d'alors, en modelant leurs corps. Difficile d'expliquer cette intrusion végétale, parfois il est bon d'expliquer, parfois on peut ne pas expliquer. Et pour ce qui est de cette étape, l'explication importe peu à mes yeux. L'humanité arrive, il semble même qu'elle ait toujours été et qu'elle soit toujours là, certains êtres vertébrés deviennent bipèdes, s'adaptant à la faune et la flore (type singe, type homme, bipèdes en somme). Et, il y a quelques milliers d'années (presque hier), les premiers hommes inventent le feu leur permettant de se défendre, de se nourrir, et d'évoluer physiologiquement (corps, langage, musculature, esprit).

. Puis, l'homme se civilise en instaurant des échanges commerciaux (ânes pour le transport), une organisation politique, et une cultivation des terres, essentiellement disposés sur le croissant fertile (moyen orient), espace riche en sol (fertilité, graines d'orge, de lentille), et en matière permettant la création d'habitation, de temples. Oui, le bitume, à l'époque, son frère le pétrole n'était pas le bienvenue pour les édifications diverses, étant fort inflammable.

. L'Age de l'agriculture. J'en retiens le peuple Sumérien, premier peuple organisé, créatif et inventeur, diffusant et utilisant son savoir. Pour l'anecdote, les chiffres au bout des aiguilles de nos montres viennent de là, sourire. Ils se basaient sur le chiffre 12 et non 10. 12 heures pour une demi-journée, 24 pour le jour entier avec la nuit. 60 minutes dans une heures, 60 secondes dans 1 minute. Là où la notion de civilisation a commencé véritablement.

. Je ne vais pas évoquer l'histoire détaillée de l'humanité, mais quelques petites étapes nous qualifiant, nous lumineux mécréants humains.

. L'Age de Fer est apparu, matériau découvert par hasard par une âme du soleil chinois se levant, donnant naissance à des civilisations avec le pouvoir de bâtir, de détruire et surtout de défendre ses croyances bonnes ou mauvaises. Les voies de communication se multiplient, les échanges guerriers, spirituels et commerciaux aussi. Les civilisations antiques émergent : L'Egypte des pharaons du Nil fertile, la Grèce et son agora un brin démocratique/philosophique de Diogène Le Cynique en Aristote, en passant par Alexandre le Grand qui inspireront l'Empire Romain, et son expansion césarienne, déclinant totalement lors des invasions de peuples celtes, ou slaves qu'il avait su coloniser. La religion apparaît et inonde le monde (juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes), les derniers peuples tribaux en Europe sont évangélisés à la fin du premier millénaire de notre ère. Je pense aux vikings de Scandinavie, dotés d'une visionnaire organisation, pilleurs, certes, mais aussi organisés structurellement notamment par le biais de leur assemblée, le Thing, socle législatif et judiciaire.

Le christianisme s'empare de l'Europe, le temps des croisades à Jérusalem l'atteste. Jusqu'au Moyen Âge, à mes yeux les civilisations des steppes (Mongols), la civilisation orientale incarnée en Chine, et celle musulmane sont de loin les plus puissantes et créatives, en tout cas pour ce qui est à l'époque le monde "connu".

. Puis, arrive le cataclysme opportuniste, d'une découverte exploratrice devenue exploitation esclavagiste - entre un monde avec des moyens, une ouverture importante - et un monde plus animiste, moins habitué aux conflits lourds, plus ignorant des enjeux géopolitiques que peuvent créer un homme ou une civilisation, merveilleux connaisseurs du monde de proximité les entourant, ce qui ne va pas les aider. Le début est exotique, et cet événement de découverte de l'Amérique donne aux européens la toute puissance. L'appui de la sainte chrétienté, le désir de richesse personnelle, la transmission de maladies, un génocide dont les indiens précolombiens massacrés et les peuples africains dispatchés un peu partout pour travailler dans les champs de canne à sucre notamment, sont les principales victimes.

L'ouest apprend le colonialisme.

À l'est, alors que les pays d'Europe avec une porte sur la mer entreprennent des virées impérialistes, en envoyant souvent des mercenaires pour tater ou sécuriser le terrain, la Russie va étendre sa main à l'est. À cette époque, alors que l'Espagne s'enrichit à vitesse grand V, le pays de Dostoïevski, de Tolstoï, de Trotski croule sous les dettes et surtout n'a pas les moyens de s'en sortir, les ressources étant maigres, le sol russe ne permettant que la pratique d'une agriculture basique.

Un vent de circonstance, le petit Age glaciaire, fin du XVIème siècle durant jusqu'au début du XIXème siècle s'abattant sur l'Europe mais aussi sur le monde va conduire Yvan le Terrible, le tsar roi, à envoyer des guerriers vers l'Est afin de voler ou de s'approprier des fourrures aux trappeurs, ces chasseurs d'animaux confectionnant et vendant des peaux, à savoir les ancêtres des chaudières, un chaud/froid humain à l'époque.

Ces corsaires terrestres vont conquérir les montagnes d'Oural où l'un des descendants de Genghis Khan, mongol, régnait encore. Bien aidés par leurs armes à feu, les conquistadors russes vont dans un premier temps vaincre les soldats du Khan, et le fourrure acquise va permettre à la Russie de se remettre sur les rails. À l'époque une fourrure équivaut à un lingot d'or. Puis les mercenaires au service de la couronne russe vont être vaincus quelques mois plus tard, par une attaque surprise des guerriers du Khan. Malgré tout, à partir de cette période, Yvan le Terrible va annexer tous les territoires à l'est, de l'Oural jusqu'au détroit de Béring, océan pacifique, confectionnant le plus vaste empire au monde, propulsé au rang de supernation essentiellement grâce à ces colossales ressources minières à l'est.

. L'Age Industriel érige l'Europe à la place de superpuissance, et le monde est sous emprise européenne (au XIXème siècle, avec l'avènement des colonies, du rapport colon/colonisé), le carrefour du monde est en Europe, et l'impérialisme commence son chemin.

La révolution industrielle du XVIIème siècle a permis l’éclosion et le règne de nombreuses inventions permettant une production plus rapide dans de nombreux domaines.

Un matin, un lapin a tué un chasseur, c’était un lapin qui, c’était un lapin appelé Mister Watt, aubaine aube de 1784 qui a vu naître la locomotive par l’alliage mécanique/vapeur.

Les fumées dansantes des cheminées, et des messages indiens ont alors dû cohabiter avec celles s’échappant des trains, des tutures, des navires, et de milliers d’entreprises, permettant une production plus vive dans tous les domaines, pour aller voir un ami à 2000 km, comme pour déporter des peuples.

Puis, après avoir mangé un croissant, le cancre Edison va propulser l’énergie électrique sur le devant de la scène avec l’avènement des lampes, ces objets éclairant le soir noir, ou des chaises électriques si confortables facilitant la régulation démographique.

Puis la main du pétrole va serrer sa copine toute électrique et toutes deux vont clore la période brumeuse de la triomphale vapeur.

Ce matin, un héron cendré m’a parlé d’un de ses aïeux, appelé Héron d’Alexandrie, un être humain. Et qui plus est, un mâle qui, côtoyant les années 60 avant le défunt Jésus, dans l’Egypte de Ptolémée, ancien garde et général de son pote Alexandre, va mettre sur patte la porte d’Eole. Une eau chauffé au feu de bois qui en formant de la vapeur d’eau fera tourner mécaniquement une sphère. Par cette invention, notre Héron au grand phare aurait pu mettre sur pied les instruments ayant vu le jour 18 siècles plus tard. Mais le berceau de l’humanité, à cette époque là, est tellement fourni en esclaves remplissant toutes les besognes que les projets façonnant la vapeur en énergie tomberont à l’eau, pour se réincarner des centaines de décennies plus tard en Watt, le lapin.

Quelques temps après leur guerre d'indépendance, à la fin du XVIIIème siècle, le révolution industrielle a servit l'intérêt des Etats-Unis durant la guerre de Sécession du XIXème siècle. Les nordistes ne triomphèrent point grâce à leurs stratégies lors de batailles rangées face aux sudistes, ces derniers ayant dans leur rang d'expérimentés généraux. Leur victoire s'organise principalement autour de leur capacité à transporter armes, marchandises et soldats sur le front du conflit, par le biais de chemins de fer accueillant des machines à vapeur. Il en va de même pour les moyens de communication, avec l'apport de l'électricité, moyens davantage développé que dans le sud où cela demeurait quasi inexistant.

La civilisation musulmane est écrasée, à l'est, seules la Chine dotée d'un espace énorme, de part ses habitants et son histoire, organisée, difficile à soumettre et la Russie s'évertuant déjà à organiser son territoire interne et le développement de ses richesses ne sont pas directement touchées, et même plutôt à l'abri par la peur que diffuse leur puissance. À l'ouest, les États Unis composés de colons européens récemment libres, se peuplant, se modernisant rapidement, entre guerres internes et annexion de territoires externes, en plein remue-ménage sont épargnés, même si à la base, l'avènement de ce pays est uniquement dû aux colons européens ou d'ailleurs, puisque ces terres étaient habitées par les indiens qui furent d'ailleurs massacrés du XVIIème ou XXème siècle. Nation divisée mais bien trop patriote pour oser les attaquer et encore moins les annexer. D'ailleurs, beaucoup d'acteurs américains reprennent ce patriotisme dans des films, ayant pour thème l'héroïsme américain, à la sauce de "déjà vu", et qui plus est le patriotisme d'un pays qui à l'échelle des civilisations du monde n'est qu'un enfant, somme toute assez marrant, surtout car souvent interprétés sérieusement, avec parfois des récompenses médaillées à la fin de ces films sketchs...

Et ce jusqu'à la moitié du XXème siècle, la connaissance s'étendant, le souhait d'indépendance grandissant, les moyens faibles d'une Europe déroutée par des guerres et rivalités internes (1ere et 2eme guerre mondiale) amènent un processus de démocratisation et de décolonisation.

Lors de ce XXème siècle, la population a triplé, un siècle exceptionnel en tout, complètement démesuré, faisant figure de période hors catégorie sur la frise du temps de l'humanité.

Aujourd'hui, on peut observer voir subir cette démesure, en être conditionné.

La mondialisation argentée depuis les année 1970 nous propulse vers un mur de manière mathématique.

Les peuples anciennement colonisés n'ont que trop peu d'identité, et bien entendu lorsqu'on base son fonctionnement sur l'argent, le côté humain se sent délaissé, et les notions d'amertume et d'impuissance naissent.

Bien que pour le moment, moins dramatique que la guerre froide, l'intégrisme islamique est apparu, s'associant au sionisme judéo-chrétien, après avoir vécut comme un Diktat les colonisations de ses peuples.

Ceci est entretenu par l'impérialisme actuel des États-Unis appelant une minorité au fanatisme, financée par le pétrole du Moyen Orient. Libéralisme exacerbé, actionnaires et spéculateurs sont les moteurs et les acteurs principaux du fonctionnement du monde humain actuel.

À noter que la spéculation est née en Hollande :


La tulipe est originaires des montagnes de l'ouest de la Chine, les premiers bulbes ont été importés en Europe par des explorateurs turcs, et les horticulteurs néerlandais ont crées des milliers de variétés. Le prix du bulbe des tulipes est devenu la principale préoccupation des néerlandais, causant leur perte future.


En 1608, à Amsterdam, les marchands néerlandais créent la première bourse de commerces, les négociants s'y retrouvaient pour acheter et vendre les actions de leurs produits issus de la compagnie des indes orientales, leurs colonies acquises grâce à leur impressionnante flotte navale de l'époque.


La plupart des transactions concernant les tulipes ont lieu dans l'arrière salle de tavernes. La passion pour les tulipes est telle que les hollandais se lancent dans un nouveau jeu très lucratif, la spéculation sur le prix des bulbes. En 1635, 40 bulbes se sont vendues 100000 florins, l'équivalent d'1 millions d'euros. Chaque vente débute par une tournée générale payée par le vendeur. Le plus souvent, les acheteurs n'ont pas l'argent pour payer les bulbes. Ils se contentent d'accumuler les reconnaissances de dettes.


La folie des spéculations les enivrent davantage que le vin, et les prix ne cessent de monter. Les promesses d'achats et de ventes se multiplient, jusqu'au jour où un vendeur offre une bulbe de tulipe pour 1250 florins, prix défiant toute concurrence. Mais, la confiance est ébranlée, il n'y a pas assez d'argent pour honorer les promesses d'achat, la demande s'effondre aussitôt, et les prix aussi. La première bulbe spéculative de l'histoire vient d'éclater. La bourgeoisie néerlandaises se déchire, et propulse la Hollande dans une longue période de stagnation pendant plusieurs années. Cette première crise financière n'empêche pas le dessein d'un nouvel ordre économique, régit par les sociétés internationales, et les bourses de commerces. Prémice du capitalisme amplifié moderne.


De nombreux états existent mais sont divisés dans leurs coeurs, entre frontières dessinées séparant les peuples entre eux, rapprochant des peuples belliqueux, et souvent avec une influence occidentale, influence qui lorsqu'elle n'est pas démographique, est économique, financière, géopolitique.

La place de roi revient aux États-Unis qui ne se prive pas de diffuser son souhait d'être le maître du monde, notamment parce qu'il est, à l'échelle du temps, un enfant.

On peut penser que la Chine ou le Brésil seront les grands de demain, même si les occidentaux ne vont pas laisser aisément la flamme olympique.

La crainte d'une fissure guerrière globalisée entre Orient et Occident peut faire frémir aussi, elle frémira si l'on ne retraite pas l'histoire et qu'on ne l'accepte pas telle qu’elle est.

Les impérieux tout puissant occidentaux et les réformistes djihadistes se servent de ce traitement historique interprétés en leur faveur, et non en faveur de l'histoire de la réelle Terre.

Et le pire est que nous votons majoritairement pour ces traitements erronés à chaque élection....

???? Les entités divines sont tout autour de nous, l'océan, la couche d'ozone, le soleil, la lune, le noyau de la terre et ses matières, ses matériaux, arrivant jusu'à nos pieds, la photosynthèse, la végétation, le Big Bang, la vie de ces éléments pouvant s'expliquer et nous dépassant complètement, Dieu est parmi eux, il n'est pas plus bouddhiste, chrétien, juif, musulman, ou hindouiste, il est ce mélange savant/naturel, naturel/savant, autant en emporte le vent???.