Déplacement

Je suis en déplacement au 26 février inclus.

Durant cette période je reste joignable, mais dans l'incapacité d'effectuer des livraisons.

Les ouvrages que je publie apparaîssent temporairement "indisponibles" sur les sites d'Amazon et de la Fnac
Je reste en capacité d'accuser réception de toutes les autres commandes, elles seront expédiées le 27 février.

dimanche 24 mars 2013

Critique littéraire de "Je ne suis", d'Erick Gauthier

Bamby, auteur de "Poèmes à coeur" et de "Des cheveux de rose", nous offre cette critique littéraire de "Je ne suis", d'Erick Gauthier
Je ne suis


« Je ne suis… », d’Erick Gauthier, est un poème continu. Un poème continu né de l’amour et qui raconte l’amour, dans le désir, le vécu, la contemplation et la recherche de sens. En effet, il me semble que si la poésie d’Erick Gauthier capte la beauté de l’union amoureuse et du temps dont l’amour change le relief, elle est aussi, en filigrane, une sorte de « métaphysique de l’amour ».

La poésie d’Erick Gauthier est si complète, si riche de sens et d’images, qu’il me serait impossible de la rendre telle qu’elle est réellement par une critique. Aussi je m’efforcerai de suggérer des interprétations possibles et de retranscrire des bribes de mon ressenti de lectrice.

Il me paraissait intéressant de m’attacher à la dimension métaphysique du poème continu, à la progression d’une réflexion sur l’amour qui se trame entre la beauté des vers, d’un bout à l’autre de l’œuvre, et qui est soulignée par le titre des parties qui la compose.

« Je ne suis… que toi »
Je ne suis que par l’amour que je te porte, je ne suis que dans la reconnaissance de ton être, reconnaissance qui est l’amour.

La poésie d’Erick Gauthier est complètement privée de narcissisme, d’individualité, puisque le « je » s’affirme dès le début comme le souffle qui aime, le corps qui aime. L’objet de l’amour, le « toi » tiens dès le début de l’œuvre la place centrale, il est l’inspiration, l’obsession, du désir et de l’amour. La poésie se révèle ainsi, dès les premiers vers, à la fois extrêmement sensuelle et profonde. Car le « toi » et le « moi » semblent des corps et des âmes universelles, autour desquelles se referme le monde. Nous sommes plongées dans une atmosphère intimiste, comme au cœur d’une chambre secrète de l’âme et des corps, que l’amour a créé.

Les êtres en lumière, à la fois auteurs et personnages, contemplateurs de l’amour, sont ressentis par l’apparition d’éléments corporels « bouche », « lèvres », « yeux », des respirations, des impressions/sentiments, qui suggèrent le désir et la vie de l’amour, imbriqués spontanément à des éléments naturels « étoilée de mes mains », « la rivière de tes paumes ». Ainsi les êtres semblent tout à fait universels, porteurs du monde et fondus dans le monde, et chacun peut s’identifier aux pronoms qui les désigne, et vivre avec le poète ces amours. « Ces » amours car l’amour toujours se recrée, et révèle ses multiples visages, à travers les larmes, les querelles où la réflexion des sentiments. Et l’amour, dans ses jeux de distance et de rapprochement des corps et des âmes se dessine, complet, uni dans sa multitude, et par la poésie.

« Je ne suis rien d’autre »
L’affirmation du poète est forte. On peut y voir l’affirmation qu’en dehors de l’amour rien n’existe qui soit, chez l’être. Que l’être est un vide que l’amour vient révéler, et en révélant ce vide l’amour va faire émerger l’être, privé d’égo, l’être universel qui est.

Ainsi les êtres en lumière nous apparaissent rapidement comme des ombres, ces ombres universelles que l’amour révèle. La poésie est alors un chant des ombres, sur les corps et les sentiments des êtres. L’ombre grandit avec l’amour et semble déborder des êtres, les dépasser. Les ombres du « toi » et du « moi » se mêlent et se superposent, se révèlent aussi dans l’absence. Et demeurent les sens comme un fil auquel se rattachent les êtres, au-dessus de l’infini de l’ombre et du mystère révélé par l’amour.

« Toute mon ombre

Au soir déplaisant
Dans l’infinie solitaire
Tu occupes toute mon ombre

Immense
Elle me surprend
M’envahit
Me subit

Mais
Jamais
Ne trahit
Mes mains exigeantes. »

« Toi en moi »
L’objet de l’amour, l’être aimé, semble avoir une vie indépendante en l’être qui aime. Ainsi dans l’absence ou l’éloignement du « toi » demeure le « toi en moi ». Et peut-être que l’amour du « toi » n’est en réalité que l’amour du « toi en moi », c’est-à-dire que l’amour n’aime que ce qu’il reconnaît et imagine de l’autre.

« Toi en moi » pourrait aussi être l’égal de « moi en toi », et signifier l’union, la fusion des êtres. Et signifier que les êtres sont et se recréent lorsqu’ils sont mêlés. D’où l’obsession amoureuse de l’union, l’union des corps doublée de l’union des âmes.

Cette union se ressent dans tout le recueil, elle est le centre même de la poésie et de la réflexion que cette dernière reflète. L’union est aussi le fait d’être en suspens, entre deux corps, entre deux âmes. Et l’on pourrait dire que la poésie d’Erick gauthier est avant tout une poésie de la suspension. Car nous sommes avec lui ces funambules, avançant sur la « corde invisible » tendue par l’amour, témoins d’un vertige que l’on contemple autant qu’on le ressent, le vertige de l’infini.

Ce vertige est alors à la fois sensuel et inhérent à l’esprit, quand l’âme semble s’abriter et s’abîmer dans une éternité.
« aujourd’hui se vit pleinement
Sous la chaleur de nos ombres

Nos corps débordent
Vers l’infini. »

« Devant nous »
À présent, de l’union des êtres semble apparaître un troisième être, qui est le « nous ». Ce « nous » est le produit de l’amour, à l’image de la perfection de l’amour. Ce « nous » surpasse le « toi » et le « moi », il est ce miracle qui naît dans l’ombre, ce miracle au visage éternel qui semble indépendant des êtres pris dans leur individualité, et qui ne pourrait être altéré, tâché par la mortalité de leur amour.  Ce « nous » est l’être miraculeux né de l’union que le « toi » et le « moi », alors tournés dans la même direction, contemplent. D’où le « devant nous ».

Ici il s’agit d’une sorte d’aboutissement de l’union. Les êtres alors peuvent contempler « l’enfant » de leur amour, beau et éternel, qui semble pouvoir leur survivre, car dénués des limites de l’être. Et c’est cet enfant de l’amour, l’amour établi dans l’éternité, qui fera naître le sentiment d’une « possession du monde »

« d’elle à moi
L’entier monde dans mes mains

Doubles réunis
De qui suis-je l’ombre ? ».

Le « nous », qui dépasse les êtres, amène à la contemplation. Les yeux mêlés, ou tournés dans une même direction, contemplent le chemin de l’amour, passé, présent et infini.

« nous marchons l’un l’autre
Un
Dans la même ombre
Sans fin. »

« Aveuglés de présent »
Le miracle de l’amour  dans le présent illumine de beauté jusqu’à « aveugler » les êtres, il est comme l’astre que l’on fixe et que l’on ressent dans la plénitude de l’être.  Le présent prend sens, et il devient sentiment d’éternité, comme un prisme qui reflète l’essence du monde, et l’essence des êtres universels.

Dans la poésie d’Erick Gauthier nous retrouverons beaucoup les éléments que sont le soleil, la lune, les étoiles. L’amour est une lumière qui demeure au-delà du temps et des changements de saison, notamment les saisons des sentiments. Que le jour ou la nuit se déroule l’amour sera toujours cet astre, tour à tour lune, sensualité, et soleil, élévation, chaleur, ou bien étoiles, dispersion…

« nos corps unis
Drapés dans des bras de nos soleils »

« je m’ouvre à la nuit
et tu te fermes au jour

munis de l’inconnu
nous nous dispersons ensemble. »

L’amour opère ce miracle de créer le jour dans la nuit et la nuit dans le jour, de sorte que le présent paraît une éternité qui n’est plus soumise  à l’alternance des jours.

« Ni vivre ni aimer »
Les êtres s’effacent devant l’universel. Seul demeure le silence.
« je ne suis
Devant nous
Toi moi en moi
Nous
Sur la face du silence. »

Et je finirai cette critique par une dernière citation, un poème qui marque l’effacement de l’individu devant l’amour, le vertige de l’infini qu’implique cet effacement de soi, et, tout au bout…le trésor secret que nous propose l’Amour.

« Masque

Je suis ce masque
Pierre de vent
Dans une rue anonyme

Je marche
Sur la ligne d’une vie

La pénombre s’habille
Sur le matin de ses yeux

Des mains m’envahissent

Je sors
Une porte m’ouvre sur un drap de roses. »

Bamby