Déplacement

Je suis en déplacement au 26 février inclus.

Durant cette période je reste joignable, mais dans l'incapacité d'effectuer des livraisons.

Les ouvrages que je publie apparaîssent temporairement "indisponibles" sur les sites d'Amazon et de la Fnac
Je reste en capacité d'accuser réception de toutes les autres commandes, elles seront expédiées le 27 février.

mardi 26 juin 2012

Critique littéraire de "La nuit des Poètes", par Patrick Montois Orbel

Patrick Montois Orbel, auteur ici des "Orbéliades" et du "Squelette amoureux", nous offre ici cette critique de "La nuit des poètes", par les Apéciens



















La nuit des poètes

La nuit des poètes commence admirablement, Ahmed Derdour nous  offrant deux  superbes poèmes sur les deux visages de la nuit.
L’un sur la célébration, la fête, l’autre sur la séparation.
En  effet,  les rites religieux donnent lieu à des réjouissances la nuit, le sabbat des sorciers aussi.
Et  les  départs les plus tristes sont toujours ceux qui se passent la nuit.
Par sa  définition  de  la nuit, Stellamaris vous permet d’espérer
même  si  la nuit  oppose  le  mal et le bien plus que ne le fait le jour et  Marleen  vous  parle  de celle qu’elle préfère et qui nous intéresse dans ce recueil, la nuit des poètes.
Prenez le chemin  de  nuit,  cette  couronne  de sonnets offre des merveilles.  Quinze  sonnets  magnifiques  qui  donnent le ton et mettent  dans  l’ambiance  vous emmenant dans cet « univers de contrastes ».
Dans le premier chapitre, Ahmed Derdour,  Flormed, Stellamaris et Vénusia nous disent que la nuit domine souvent le jour quand le malheur, l’abandon, la terreur et la mort règnent.
Dans des styles différents mais tous aussi éblouissants, Dominique  Thomas,  Khris  Anthelme,  Stellamaris,  Flormed et Annie  nous  parlent  d’amour,  d’espérance,  de  lumière, de vie dans le deuxième chapitre, Aux frontières de la nuit.
Les auteurs, que Maria Dolorès et Jean-Claude Blondel viennent rejoindre,  abordent  les  douleurs,  le  mal  profond de l’Homme lorsque celui-ci ne dort pas la nuit quand le malheur, la peine  le touchent, quand il pleure lors de sa nuit de deuil.
Les poétesses et poètes vous invitent à rencontrer  vos  fantômes
d’une façon  douce, ils  poétisent  vos rêves et vos cauchemars à
pas feutrés laissant libre cours à votre imagination.
Vous  arrivez  dans  un  monde  habité où vous avez peur parfois mais dans lequel vous êtes bercés par la lune et les étoiles.
La nuit  des  amants vous accueille à bras ouverts si je peux dire vous offrant ses baisers, ses caresses et la complicité.
Les nuits de fêtes vous rappellent de beaux souvenirs, la joie  et
le bonheur de partager, d’offrir et de recevoir.
Un poète ne peut  parler de la  nuit  sans évoquer sa muse, celle qui lui offre ses mots, ses vers, ses rimes. Les Apéciens ne l’ont pas oubliée et lui offrent des poèmes magnifiques.
Quand  vous  arrivez  à la  nuit de lumière et de paix, vous avez fait un beau voyage au cœur de la nuit des poètes.
Ces poétesses et poètes  confiant  leur nuit  à la lecture dans des styles distincts, des formes classiques différentes, ils  ont choisi leurs mots, leurs rimes, leurs images afin que vous rêviez.
La nuit des Apéciens, c’est la vôtre.
Un remarquable recueil d’une valeur poétique que vous n’aurez aucun mal à distinguer.